“Ce nouveau service de navettes fait partie d’un projet porté par la Communauté de Communes de la Tinée dans le cadre du Programme Intégré Transfrontalier Alpi Marittimes / Mercantour – Axe mobilité douce. L’accent est mis sur la découverte des villages, des paysages et la promotion des itinéraires de randonnée VTT du territoire.

Il s’agit d’un dispositif européen, associant des porteurs de projets français et italiens, qui vise à améliorer l’accessibilité des visiteurs au cœur des territoires des deux parcs nationaux « Alpi Marittimes » et « Mercantour », à partir de systèmes favorisant la mobilité douce.”

Navetter en TinéeOuaaah ! Quand l’info nous est parvenue courant juillet, on s’est dit : “Tiens, non seulement l’europe n’encourage pas seulement des trucs qu’on ne comprend pas bien, mais en plus, elle met clairement en avant une pratique et des principes qui sont chers à nos coeurs : le vélo de montagne, la mobilité douce, la découverte des villages, territoires et paysages de nos parcs nationaux !”

Le concept

Avant tout, super concept, qui ouvre beaucoup de possibilités, et aussi l’accès à des circuits montagne de plus grande envergure pour ceux qui n’ont pas forcément les capacités physiques, techniques, ou tout simplement d’orientation, grâce à l’accompagnateur MCF pour ceux qui le souhaitent.

N’oublions pas la cible principale de l’initiative : les vacanciers présents sur Roubion ou la Colmiane et qui voudraient élargir le potentiel de leurs circuits et découvrir au passage un autre massif, encadrés ou non.

Étrangement, je viens aussi de découvrir que ces 2 stations de la Tinée sont finalement très proches l’un de l’autre (enfin à vol d’oiseau) et donc idéalement situées pour une connexion dans la même journée.

Le parcours

Le matin, on est partis à 3 du col de la Couillole où on a retrouvé Christian Tabart, avec un premier quart d’heure à discuter, puis on est passés au sommet du TS des Buisses où on est tombés sur Joelle Picholet (soit un quart d’heure de plus 😉 ).

On a enchainé comme prévu le Lauvet d’Illonse avec le sublime parcours de l’enduro marathon dans un paysage et un ciel de carte postale et des champs entiers de lavande sauvage. Une demi-heure de retard à St Sauveur (cause plus haut :mrgreen: ) mais pas grave, Philippe (moniteur MCF de Mandelieu super cool) et Christian nous attendent juste à la sortie de la passerelle qui enjambe le tumultueuse Tinée. Le pote qui nous accompagnait a pu apprécier la difficulté de ce parcours, surtout s’il est effectué en mode course, ce qui n’était évidemment pas notre cas, même si on a finalement pas trop trainé.

Montée à la Colmiane dans le Renault Trafic, et déjeuner s’il vous plait tous ensemble au resto panoramique du Pic de Colmiane.

A 15h (!) on consent enfin à se remettre en route. Nous 3 vers le col des 2 Caires et Christian part de son côté faire une reco pour un nouveau circuit potentiel. La tarte aux myrtilles se digère lentement pendant le portage et le travers du GR5 et on enchaine vers le col de Monigas et la Mason Forestière de Selva Plane.

p1020171

Puis mode découverte sur une variante proposée par Christian. Malheureusement, appréciation de sa part qui devait dater un peu, on a fini par valider un sentier à ranger dans le top 5 des parcours à ne surtout pas faire :triste: avec la totale du sentier abandonné et totalement inroulable, même si très panoramique (baisse de l’Arène, pointe de Figgiette, b27, 26, 51, 50). Donc PP quasiment jusqu’en bas, avec le regret de l’enchainement plus connu Ratapéneau – sentier de Ste Anne qu’on avait prévu à l’origine.

Bon, on en voudra pas à Christian et on aura au moins le sentiment d’avoir participé à l’élaboration de son nouveau programme 😉

19h à la camionnette avec un Philippe tout sourire et désolé de la mésaventure, et qui nous remonte fissa à la Couillole.

Là, il est 20h, on a faim, le pote est est parti, les enfants sont pas là, alors on se fait un bon resto à La Fripounière avant de rentrer à pas d’heure. Heureusement, le lendemain c’était dimanche !

La formule

Elle est plus que validée, et le bouche-à-oreille a semble-t-il bien fonctionné, jusqu’au week-end de fermeture prévu le 12 septembre dernier. Nul doute que le programme sera reconduit l’année prochaine. Les communes ciblées y trouvent leur compte, l’activité touristique s’élargit, même si pour l’instant ce sont surtout les locaux du 06 qui en ont profité.

Il faudra cependant rester vigilant sur l’aspect “durable” revendiqué par cette offre, je pense notamment à l’entretien des sentiers empruntés, qui seront c’est inévitable, beaucoup plus sollicités par la fréquence des passages (la célèbre descente de Ratapénau est déjà fortement ravinée, notamment dans les sorties d’épingles difficiles).

Car qui dit “développement touristique”, doit lui associer “maitrise de la fréquentation” et “protection ou entretien” des zones sensibles !

Liens

  • La page dédiée sur le site de la CC Tinée
  • Le FEDER qui soutient les intiatives de développement durable et de relance des régions défavorisées
  • L’ALCOTRA qui gère les différents projets transfrontaliers retenus

La galerie