Loin

A la recherche du Yeti

Journée phare de notre bike trip, nous aurions pu aussi titrer ce billet : "Sur le toit du trek". Dans le bref descriptif de l'agence Cap Liberté, il était mentionné : "Sur les traces de URGE NEPAL - A la recherche du Yeti", car notre guide Tangi avait...

Les hauts plateaux de Muktinath

Dès les premiers instants où nous avons pensé ce voyage, l’image qui s’était naturellement imposée était celle d’un sentier sauvage en haute altitude, proche des cimes au blanc éternel. Aujourd’hui, après tous ces préliminaires exotiques, passée cette longue entrée en montagne, parfois éprouvante pour les corps et l’esprit, nous allons vivre cette image, et se fondre pleinement dedans.

Caméra embarquée à Manakamana

Dès lors que l’on aime “l’image”, on ne part pas vers une destination lointaine et exotique sans être certain d’en rapporter un maximum.

Kagbeni, le verrou des deux rivières

Sortir du duvet surmonté de la couette tient de plus en plus de l’exploit. Les nuits sont pourtant longues et réparatrices, mais les courbatures de la veille associées à la température matinale de la chambre n’incitent pas au saut du lit ! Quant à l’eau chaude, c’est seulement le soir quand les réservoirs solaires ont accumulé suffisamment de calories le jour.

Mustang, la route du sel

Il est tôt. L’air est sec et le froid se fait plus perçant qu’aux premiers jours. Le soleil est encore loin de chauffer les gorges profondes de la rivière Kali Gandaki.

L’entrée en Montagne

Dans un pays aussi enclavé géologiquement, géographiquement (et politiquement) que le Népal, muni d’infrastructures déficientes et délabrées, où le train n’existe que par le prolongement sur quelques kilomètres d’une ligne Indienne, les moyens de déplacements sont soit lents, soit rustiques, soit aléatoires, soit dangereux, et peut-être bien même tout ça à la fois !

Pin It on Pinterest