Lorsque ce rêve avait germé dans l’esprit de ma moitié (pour des raisons qui seront évoquées un peu plus tard), puis s’était doucement concrétisé durant plus d’un an, nous étions loin d’imaginer à quel point il nous marquerait sur bien des plans.

Initiatique, dans le sens originel du rituel qui vous fait passer à une plus grande maturité à travers une série d’épreuves physiques et morales, ce voyage à Vélo de Montagne sur les plus hauts chemins du monde l’a bien été. Et transcrire en mots ces milliers d’images, de parfums, de sensations, de claques, de contrastes et de réflexion, pour tenter de vous les faire partager, sera notre challenge principal !

AnapurnaContrastes, le mot est bien faible quand tous les extrêmes et leurs contraires se côtoient et se superposent avec une apparente facilité. Laideur, beauté, misère, richesse, animalité, religion, tradition, spiritualité, le tout sous le regard imposant et majestueux de la Montagne, celle avec un grand M.

Symbole de cette expression de la nature, le Machhapuchhare (6993m), en Népalais “Queue de poisson”, et plus connue sous le nom de Montagne Sacrée, qui se voit déjà depuis l’avion à l’approche de Katmandou, avec sa forme typique, et en principe strictement interdite à toute forme de conquête humaine (elle est le sanctuaire des Dieux pour l’ethnie locale). Dernier morceau de terre encore inviolé… avant que les intérêts économiques et touristiques ne prennent le dessus.

Pour vous raconter ce périple, il faudra plusieurs billets, chacun abordant l’aventure sous un angle différent : par chronologie, puis à travers l’humain, la nature, la spiritualité, les déplacements, la cuisine, le pratique, et enfin bien sûr, le VDM.

Enfin, pour appuyer cette mise en verbe, des photos, environ 1400 à trier, et… 350 vidéos, fixes ou embarquées (GoPro HD)… Là, ceux qui me connaissent se disent déjà : « ok, en 2012 peut-être, et encore » 😉 mais je tâcherai de leur donner tord, foi de Bourriquet, parce qu’il y a vraiment du grand dans ces rushes !

Pour commencer, une première sélection de photos coup de coeur, histoire d’illustrer mon propos, et de vous donner un avant-goût de ce qui va suivre. La fréquence de publication ? Pas de voeu pieu, mais j’espère pouvoir tenir le rythme d’au moins un billet par semaine.

Au passage, merci à Tangi, notre incontournable guide spécialiste du VTT au Népal, qui a su à merveille adapter notre périple, à la fois à nos envies, et nos capacités du moment, hors des sentiers battus, avec un sens inégalable de l’adaptation aux aléas Népalais 😉

Merci également à Cap Liberté dont l’approche et l’esprit sont parfaitement en accord avec leur slogan : « À chacun sa trace ».

Namaste à tous les amoureux des grands espaces 😉