Les grandes destinations touristiques ne sont pas dans nos priorités voyageuses. La simple idée de se retrouver dans le brouhaha et le flot ininterrompu de visiteurs de toutes nationalités pour tenter d’accéder à la vision parquée de quelques joyaux artistiques, naturels ou architecturaux nous effraie.

Seule une approche complètement différente et originale pourrait inverser cette déconsidération…

À travers la pratique du kayak, nous avons découvert cette nouvelle voie ! Et la cité lacustre de Venise sera donc, excusez du peu, notre première destination “originale” !

Objectif Cité des Doges

Venise, la “Sérénissime”, cité lacustre, ville des arts, d’architecture, du carnaval, des amoureux, et du patrimoine mondial de l’Unesco…

Une simple discussion sur un forum de passionnés du kayak aura suffi à nous convaincre d’y faire escale, l’espace d’une semaine à la mi-mai, soit juste quelques jours avant la célèbre Vogalonga, course randonnée lacustre qui réunit tout ce qui peut exister comme embarcations à propulsion humaine.

Car l’incontournable spécificité de ce lieu, c’est son réseau de 114 canaux qui quadrille toute la ville et les îles alentour, et l’incroyable possibilité, pour l’instant encore tolérée, de pouvoir y “naviguer” avec sa propre embarcation, pourvu qu’elle soit discrète et à rames (ou à pagaie).

Vous avez pigé le topo : le touriste regarde passer les gondoles (hors de prix) du pont des soupirs, tandis que nous regardons les touristes, enfin plutôt les ponts, et toutes ces merveilles d’architecture, sous un angle privilégié, ou bien encore accédons à des “ruelles” où aucun piéton ne pourra y mettre les pieds !

Tous ceux qui ont vécu l’expérience en parlent avec force superlatifs, alors à nous de nous y embarquer, avec nos kayaks à peine rodés, et moultes images en rapporter !

À suivre…

Vue d'avion de Venise depuis l'île du Lido

Vue d’avion de Venise depuis l’île du Lido

Vidéo de Venise en “timelapse”, du levant au couchant de Joerg Niggli